Vous lisez actuellement :
Gaspillage interdit
Agissons ensemble pour le mieux commun
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Gaspillage interdit
9 mars 2022

Gaspillage interdit

En résumé

Réutiliser, recycler, donner, moins emballer… Pour lutter contre la production de déchets inutiles et favoriser le développement de l’économie circulaire, la loi Agec impose des contraintes de plus en plus fortes aux entreprises. Sur tous ces sujets, la MAIF anticipe le changement et prend de l’avance.

Des militants de la MAIF apprennent à cuisiner des légumes abîmés.
À Niort, des militants MAIF apprennent à cuisiner des fruits et légumes abîmés. Une journée de cohésion qui participe à leur acculturation aux valeurs de notre entreprise.
© Mélanie CHAIGNEAU/MAIF

Chaque 1er janvier – c’est presque une tradition – de nouveaux règlements entrent en vigueur. La loi consacrée à la lutte contre le gaspillage et économie circulaire (Agec), entrée en vigueur le 10 février 2020, est une grande pourvoyeuse de ces normes de nouvel an. Elle impulse une série de mesures qui enjoignent les entreprises à réduire leurs déchets et à diminuer leur consommation de matières premières. Avec parfois un horizon très lointain. Par exemple, la disparition totale des emballages à usage unique est un objectif fixé à 2040.

MAIF a été le premier assureur à faire de l’économie circulaire un cheval de bataille dans son cœur de métier. Aujourd’hui, 10 % des réparations effectuées sur les véhicules de nos sociétaires comptent au moins une pièce de rechange prélevée sur un véhicule en fin de vie. L’entreprise GPA, dans la Drôme, est l’usine de déconstruction automobile la plus moderne d’Europe.

Don de meubles au Teil

La loi Agec, dans son article 35, enjoint les entreprises à donner leurs invendus de première nécessité à des associations de lutte contre la précarité. Comme assureur, nous n’avons pas d’"invendus" à proprement parler. Mais nous savons nous mettre en mouvement quand nous pouvons contribuer à un impact social positif. Cela a été le cas en 2020, en rendant 100 millions d'euros aux sociétaires MAIF qui n'utilisaient plus leur voiture. Ou encore le 11 novembre 2019, quand un séisme de magnitude 5 a ébranlé la commune du Teil (Ardèche). MAIF déclencha très vite son dispositif de solidarité PrévEntraide, pour mettre en relation les sinistrés avec tous les volontaires capables de leur apporter un coup de main (hébergement provisoire, prêt ou don de matériel…). Les écoles étaient fermées, des bâtiments publics étaient dévastés. La mairie faisait état d’un besoin urgent de meubles. Militants et salariés MAIF se mobilisent, cherchent des solutions. Le siège niortais est appelé à la rescousse. Là-bas, justement, des meubles sont entreposés en attendant leur réemploi ultérieur. MAIF prend la décision d’en faire don à la ville sinistrée : deux camions rouleront toute la nuit jusqu’en Ardèche. Ces meubles sont d’ailleurs toujours visibles au Teil, à la mairie et dans divers locaux municipaux. 

piéton sur un passage piéton
100 millions d'économies reversées aux sociétaires MAIF

Suite au confinement et à la baisse des...

Lire l'article

En 2020, au début de la pandémie, le conseil d'administration MAIF décidait de reverser 100 millions d'euros aux sociétaires détenteurs d'un contrat d'assurance automobile. 

 « Je serais très gêné si l’un de nos sociétaires se voyait offrir un café dans un gobelet en plastique »

La loi « anti-gaspi » prévoit diverses pénalités pour les entreprises qui ne mettent pas en œuvre des pratiques vertueuses tendant à la limitation des déchets. « À mes yeux, le risque le plus important est lié à l’image », analyse cependant Franck Douillard, porte-parole de notre vaillante direction des moyens généraux. « Je serais très gêné si, de visite à la MAIF, l’un de nos sociétaires se voyait offrir un café dans un gobelet en plastique. Cela ne collerait pas du tout à notre identité de société à mission ». Une révolution a donc été menée dans l’entreprise, qui occupe près de 200 immeubles en France, abritant plus de 9 000 salariés et militants. Bousculant les délais légaux, la chasse au plastique jetable y est impitoyable. Des centaines de milliers de gobelets et autres touillettes ont ainsi été économisés. De vrais verres, de la vraie vaisselle, de vrais couverts (ou en bois), des aliments en vrac : c’est désormais la norme dans nos locaux. « Nous avons conservé les gobelets en carton dans nos entités ouvertes au public, pour permettre à nos visiteurs d’utiliser les fontaines à eau », précise Marion Chomel, chargée d’actions MAIF. Cette politique d’entreprise requiert une tout autre organisation et souvent beaucoup plus de travail. Ainsi, le 4 août dernier, pour clore la journée MAIF Sport Planète organisée par l’écoaventurière Anaëlle Marot à Missé (79), nos militants niortais sont passés en cuisine pour préparer une collation écoresponsable. Uniquement composée de produits achetés en circuit court, cela va de soi... 
 

Open de France de mini-basket, à Nantes le 1er août 2020. Une jeune fille teste le vélo smoothies sur le stand MAIF.
La fin des objets publicitaires

MAIF , entreprise à mission, explique...

Lire l'article

MAIF a (presque) mis fin aux objets publicitaires. Il n'en reste plus que huit à notre catalogue, qui privilègient le Made in France et la conception écoresponsable.

Des meubles « bas carbone »

MAIF mène ces dernières années des travaux d’ampleur pour réaménager les espaces de travail. « Nous avons plusieurs enjeux, qui ont été renforcés par la pandémie de Covid. L’idée générale consiste à abandonner le bureau individuel pour tendre vers des espaces plus collaboratifs et moins formels », explique Olivier Berger, référent « mobilier ». Objectif : réduire le bilan carbone de ces travaux. « Nous avons généralisé le principe des dalles pour les sols et plafonds, ce qui permet de ne remplacer que les parties abîmées », poursuit Olivier Berger. « Les moquettes sont issues de la filière du recyclage. Pareil pour les meubles. Plutôt que de tout acheter à neuf, nous recyclons nos stocks. Les placards sont transformés en tables, les caissons en d’autres caissons… » Cette démarche implique de trouver des fournisseurs impliqués dans le travail des « matières secondaires ». Relativement inexistants il y a encore dix ans, ces menuisiers « bas carbone » essaiment désormais partout en France, à l’exemple de l’entreprise niortaise Encore&Encore. MAIF, par son engagement, contribue à l’émergence de cette filière. C’est une grande fierté ! 

« La conversion à l’économie circulaire prend plus de temps, complexifie les chantiers et ne génère aucune économie budgétaire. En gros, il n’y aucune raison objective de s’y lancer, si ce n’est la conviction que la gestion des matières premières est un enjeu majeur pour tenir les Accords de Paris sur le climat. L’adoption de notre raison d’être, puis la transformation de MAIF en société à mission ont été décisives pour faire accepter des changements qui n’allaient pas de soi ». 

 

Olivier Berger, référent « mobilier de bureau » MAIF
Un chantier de rénovation au siège social MAIF en 2020
Rénover nos bâtiments sans déchets, jusqu'où peut-on aller ?

70% des déchets produits en France...

Lire l'article

Pour en savoir plus sur notre politique d'aménagement des bureaux.

Des produits d’entretien faits maison

Savez-vous que MAIF fabrique elle-même une partie de ses produits d’entretien des locaux ? Nous avons en effet acquis une fontaine assez révolutionnaire, qui transforme l’eau salée en détergent, par électrolyse. Le test semble concluant et la solution sera progressivement étendue à l’ensemble de nos grands sites. Les personnes chargées de l’entretien remplissent leurs contenants à la fontaine, ce qui évite au passage de jeter les bidons vides. 

Bien d’autres épisodes de cette saga MAIF pour le développement durable sont dans les tuyaux. Les prochains articles à venir concerneront un bâtiment informatique très économique et un chantier de géothermie dont on dit qu’il est le plus vaste de Nouvelle-Aquitaine… 

L'un des rouleaux de papier fabriqué à l'usine International Paper de Saillat.
Des cartes vertes encore plus vertes !

Des contrats aux cartes vertes de nos...

Lire l'article

Comme assureur, MAIF utilise énormément de papier. Outre nos efforts constants pour réduire notre consommation, nous avons réfléchi à une filière d'approvisionnement la plus vertueuse qui soit.