Agissons ensemble pour le mieux commun
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. La fin des objets publicitaires
6 janvier 2021

La fin des objets publicitaires

En résumé

Si le salon nautique de La Rochelle avait eu lieu cette année, les visiteurs de notre stand MAIF n’auraient pas reçu de porte-clés : à la place, leur passage aurait généré des dons à la Société nationale de sauvetage en mer. Cela aurait illustré notre volonté de promouvoir une consommation plus responsable, en adéquation avec notre qualité d’entreprise à mission.

Open de France de mini-basket, à Nantes le 1er août 2020. Une jeune fille teste le vélo smoothies sur le stand MAIF.
Pédaler pour obtenir un smoothie gratuit : un "goodie" original proposé par MAIF pendant l'Open de France de mini-basket, à Nantes le 1er août 2020. Et bien sûr, les verres sont lavés et réutilisés.
© Bernard Le Bars/MAIF

« La MAIF n’a pas de stylo à donner mais elle a des choses à dire »

En une phrase, Marc Ramonnet, militant MAIF en Rhône-Alpes, résume les raisons qui nous poussent à réduire nos achats de gadgets publicitaires. Le plus souvent, ces objets finissent dans un tiroir sans avoir jamais servi. En août 2019, une anecdote prouve qu’ils ne sont en rien indispensables. Comme chaque année à l’approche de la rentrée scolaire, l’équipe MAIF de Bourg-en-Bresse s’apprête à rencontrer les nouveaux enseignants pour les inciter à devenir sociétaires. Mais l’inquiétude s’installe : les objets publicitaires prévus pour cette journée n’ont pas été livrés. Le stand MAIF paraît bien vide… « Notre appréhension était vaine. Les échanges avec les jeunes enseignants ont été beaucoup plus directs et profonds » se souvient Catherine Hivert, chargée de développement de la MAIF. L’incident a servi de point de départ. « De ce moment, nous avons décidé de ne plus distribuer de gadgets et d’expliquer ce choix à nos visiteurs, en mettant en avant une entreprise MAIF mutualiste, engagée au plan social et environnemental, qui apporte des solutions solides aux besoins d’assurance de tous ses publics :  les particuliers, les associations, les collectivités locales… Et même bientôt les entreprises ! ». 

Le critère du prix avait tendance à nous gouverner

Sophie Hut, direction des achats MAIF

Ce renoncement volontaire à l’objet publicitaire entre en pleine résonance avec l’actualité de la MAIF. En juillet 2020, nous devenions la première grande entreprise d’assurance à adopter la qualité de société à mission. Par ce choix, nous nous engageons à interroger nos pratiques, à innover si nécessaire, pour contribuer du mieux possible au mieux commun dans tous les pans de notre activité. Et dans ce contexte, le cadeau publicitaire est parfois empoisonné… « Le critère du prix avait tendance à nous gouverner » se souvient Sophie Hut, de la direction des achats MAIF. « Notre premier geste, comme entreprise à mission, a consisté à amincir notre catalogue qui est passé de 135 à 8 références. Et nous avons ajouté des critères de responsabilité sociale, en favorisant les fabrications françaises ou européennes et en privilégiant les produits éco-conçus ».  
 

Moins, voire pas du tout

La diminution du nombre d’objets publicitaires MAIF est actée. « Autant nous pouvions laisser les stylos, porte-clés ou autres objets en libre-service, autant nous préconisons désormais de les remettre uniquement pour remercier l'interlocuteur du temps qu'il nous a consacré » poursuit Sophie Hut. L’étape suivante pourrait être leur disparition totale des gadgets MAIF. « Il s'agit d'un horizon de moyen terme car nous devons laisser le temps à nos collègues de s’approprier la nouvelle démarche où il s’agit de faire moins mais mieux » explique Catherine Le Guen, qui pilote le projet.
« Pour marquer toujours plus notre singularité, la bonne stratégie pourrait être d'offrir des attentions plus que des objets. Nous réfléchissons à des cadeaux du type entrée pour un événement sportif, une conférence MAIF ou une place de musée, afin de faire vivre une expérience forte, ancrée sur le territoire local et qui restera dans la mémoire de celui qui la vit ». 
 

Stand MAIF au Salon de l'éducation de Paris en novembre 2019.
Au Salon de l'éducation de Paris, en novembre 2019, entre autres animations, MAIF proposait aux visiteurs de tester des lunettes immersives. Une expérience marquante !
© Florence Levillain/MAIF

Vous aussi, soutenez les sauveteurs en mer !

Comme MAIF, soutenez la Société nationale de sauvetage en mer. Quel que soit son montant, votre don est utile. Vous contribuez à l’achat d’un plein d’essence, d’une bouée de sauvetage, d’un canot…
Vous pouvez aussi soutenir l’association en achetant des objets marins à son effigie.

La boutique des Sauveteurs en mer
Retour