Agissons ensemble pour le mieux commun
Vernissage d'exposition de sculpture contemporaine
16 novembre 2020

Prix MAIF pour la sculpture

À  la MAIF, nous considérons l’art comme un puissant générateur de lien social, et nous nous engageons en faveur de la création. Avec le Prix MAIF pour la sculpture, nous offrons ainsi la possibilité à un artiste plasticien de réaliser une œuvre inédite, appuyé par des experts qui lui transmettent leur savoir-faire technique.

Depuis 2008, le Prix MAIF pour la sculpture accompagne les artistes français et francophones pour donner vie à un projet audacieux de sculpture, en soutenant la production d’une œuvre en deux exemplaires.

Prix MAIF pour la sculpture : Lancement de l'appel à candidatures 2021

Notre prix, un tremplin pour les jeunes artistes plasticiens

Le Prix MAIF pour la sculpture permet à un artiste de réaliser, avec l’appui d’experts, son projet inédit. Pour le lauréat, la dotation prend notamment la forme d’un accompagnement complet sur plusieurs mois afin de produire une sculpture, grâce à des technologies innovantes. Forte de sa notoriété, notre mutuelle donne une importante résonance et une pérennité à ce prix, unique en France.

Les nouvelles technologies au service de la création

Algorithmes, intelligence artificielle, modélisation, impression 3D, robotique ou encore internet interviennent dans la conception ou la production de nombreuses œuvres d’art. Les artistes candidats sont invités à s’approprier ces technologies comme des outils au service de la création artistique. Ainsi, le Prix MAIF pour la sculpture invite les artistes à réfléchir à la place des technologies dans l’art, et user de technologies innovantes non pas d’une manière instrumentale mais plutôt narrative et imaginative.

Artistes, candidatez au prix 2021 jusqu'au 22 janvier prochain

Vous souhaitez candidater au Prix MAIF pour la sculpture qui sera remis en 2021 ? 

Vous avez jusqu’au 22 janvier prochain pour nous faire parvenir votre dossier de candidature complet, cachet de la poste faisant foi.
 

Pour participer, téléchargez le document :

Les dates à retenir

• Appel à candidatures du 16 novembre 2020 au 22 janvier 2021

• Examen des candidatures et sélection des quatres finalistes en février 2021

• Présentation des projets finalistes devant le jury en mars 2021

Annonce du lauréat du prix au printemps !

Tous les lauréats du Prix MAIF pour la sculpture

Depuis 2008, notre prix a permis à une douzaine d'artistes de bénéficier d'un accompagnement spécifique pour réaliser une œuvre originale en deux exemplaires.

Prix 2020 : "Internes", de Goliath Dyèvre et Grégory Chatonsky

Pour "Internes", le duo s’est projeté dans un monde où tout ce qui pourrait être augmenté le serait, la matière deviendrait ainsi un décor vide pour le numérique. Ce projet interroge la relation entre les humains, les techniques et le monde qui les entourent. Il s’agit de voir ce que l’art à l’innovation.

Simulation de
© Grégory Chatonsky et Goliath Dyèvre pour le Prix MAIF pour la sculpture

Prix 2018 : "Data Center", d'Arnaud Grapain

Une métaphore sur la protection des données personnelles dans la gestion de nos données numériques à des fins mercantiles. Pour ce projet, Arnaud Grapain s’est inspiré de planches anatomiques de la Renaissance et des immenses salles de serveurs informatiques, les "data centers". 

Data center, œuvre en bronze d'Arnaud Grapain, lauréat du Prix MAIF pour la sculpture 2018
Arnaud Grapain et les équipes de la Fonderie Susse.
© Olivier Moritz

Prix 2017 : "Mylodon de terre",  d'Angelika Markul 

Angelika Markul a été désignée lauréate 2017  pour son " Mylodon de Terre". Le projet s’inspire des légendes qui entourent le mylodon, cet animal préhistorique découvert en Patagonie il y a plus d’un siècle. 

Sculpture en bronze d'Angelika Markul, Mylodon de terre
© Olivier Moritz

Prix 2016 : "Agava", de François-Noé Fabre 

Son projet " Agava"  représente des coussins en acier qu’il a trouvés dans une carrière de marbre à Estrous. Une fois utilisés, ces objets à usage unique sont percés et enfouis dans la carrière. En les faisant sculpture de bronze, l’artiste sauve ces objets de leur condition de rebut. 

Sculpture en bronze de François-Noé Fabre, Agava
© Olivier Moritz

Prix 2015 : "Sculpture pour observer discrètement la piscine de ses voisins ", de Florian Viel 

Ce projet trouve sa genèse dans l’expérience vécue par l’artiste, qui, après avoir installé un store vénitien, a constaté une modification de sa perception des choses pendant que son corps restait dans un univers familier. Attitude critique autant qu’humoristique, il est question du songe, du fantasme, et du désir voyeur assumé ou non. 

Sculpture en bronze de Florian Viel, Sculpture pour observer discrètement la piscine de ses voisins.
© Olivier Moritz

Prix 2014 : "Rosa Luxemburg", de Nicolas Milhé 

D’une facture classique, sa sculpture présente la célèbre militante communiste sous les traits d’une femme d’aujourd’hui, col boutonné et pantalon taille haute. 

Sculpture en bronze de Nicolas Milhé, Rosa de Luxembourg
© Olivier Moritz

Prix 2013 : "Medio tutissimus ibis", de Président Vertut 

L’artiste érige ce mollusque sans cerveau, bouche ouverte, avec une élégance lisse qui évoque l’esthétique des régimes totalitaires. "Medio tutissimus ibis", citation tirée des Métamorphoses d’Ovide signifie (reste entre les deux) au milieu, tu seras en sûreté.  

Sculpture en bronze de Président Vertut, Medio tutissimus ibis
© Olivier Moritz

Prix 2012 : "L'ordre et sa forme", de Vincent Mauger 

Évoquant par sa forme l’univers des minéraux et des cristaux aussi bien qu’un univers organique alvéolaire, la construction qui fait écho à l’univers des sciences et de la connaissance qui nous permet de concevoir notre environnement en explorant les organisations internes et structurelles des formes et des volumes qui nous entourent. 

Sculpture en bronze de Vincent Mauger, L'ordre et sa forme
© Olivier Moritz

Prix 2011 : "Top Roots", d'Antoine Dorotte 

Ce cocotier nain repose sur ses trois uniques palmes, surplombé de ses racines, qui forment un casque de tresses dreadlocks rastafaries. Métaphore à la fois de l’exotisme, mais aussi d’une surexploitation des matières premières naturelles, au risque de mettre en péril les équilibres écologiques.

Sculpture en bronze d'Antoine Dorotte, Top Roots
© Olivier Moritz

Prix 2010 : "Presence in the corner", de Françoise Pétrovitch 

Elle est au coin, présente, mais sans regard, alors que l’artiste a pris soin de sculpter son visage. Elle nous tourne le dos et semble absorbée par cet angle, alors que des formes irréelles surgissent des parois : sa bouderie fait advenir un monde imaginaire. 

Sculpture en bronze de Françoise Petrovitch, Presence in the corner
© Olivier Moritz

Prix 2009 : "La jeune fille face à la police militaire", de Brigitte Zieger 

Un travail engagé, restitué dans la sphère publique sous la forme d’un monument érigé à la mémoire d’une héroïne ordinaire : " La jeune fille face à la police militaire". Une figure anonyme entrée dans notre imaginaire collectif. 

Sculpture en bronze de Brigitte Zieger, La jeune fille face à la police militaire
© Olivier Moritz

Prix 2008 : "Paysage", d'Elsa Sahal 

Dans le "Paysage à l’enfant", les corps de la mère et de son enfant se prolongent dans le paysage. La fusion construite, à multiples symétries croisées, définit le territoire commun à défendre, à protéger.  

Sculpture en bronze d'Elsa Sahal, Paysage
© Olivier Moritz
Retour