Vous lisez actuellement :
Quand le surf rencontre le golf : Twirl Golf, lauréat Sport Planète
Agissons ensemble pour le mieux commun
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Twirl Golf lauréat Sport Planète
20 juillet 2021 | Nouvelle-Aquitaine

Quand le surf rencontre le golf : Twirl Golf, 2ème lauréat Sport Planète

En résumé

Utiliser des combinaisons de surf usagées pour créer des protections de clubs de golf uniques et fabriquées en France par des salariés en insertion, c’est le concept ingénieux imaginé par Matthieu Barbe, jeune entrepreneur bordelais. Son projet “Twirl Golf” est le second lauréat du Prix MAIF Sport Planète 2021.

Matthieu Barbe a créé Twirl Golf en juillet 2020
Matthieu Barbe a créé Twirl Golf en juillet 2020.
© Gautier Paranteau

Beaucoup de surfeurs jouent au golf. Quand il n’y a pas de vagues, ils vont taper des balles !” L’information a de quoi surprendre. Difficile d’imaginer que surf et golf puissent être des disciplines complémentaires, tant leurs univers semblent éloignés.  

Mais pour Matthieu Barbe, golfeur amateur qui a grandi près de Lacanau, les deux sports sont bien plus liés qu’il n’y paraît.  

On retrouve le même aspect mental. Le surf, comme le golf, est assez ingrat. On peut passer une session entière à rater, ne rien prendre... mais il suffit d’une vague pour que le plaisir soit là et qu’on ait envie de recommencer. C’est exactement la même chose avec le golf.”  

De l’envie d’associer ses deux activités favorites est ainsi née dans la tête de Matthieu Twirl, la première marque d’accessoires de golf fabriqués à partir de combinaisons de surf.  

Upcycler les combinaisons de surf usagées

En rangeant mes placards, je suis tombé sur une vieille combi de surf que je portais plus jeune. Je me suis demandé ce que je pourrais en faire, et plus largement quel était le sort réservé à toutes ces combinaisons qui ne servent plus et qui sont trop usées pour être réparées. La réponse est très simple : on les jette.” 

Chaque année en France, trente-deux tonnes de néoprène partent à la poubelle. Les combinaisons sont ensuite enfouies ou brûlées, faute de circuit de recyclage existant. Une issue pas très “green” qui ne satisfait pas Matthieu, soucieux de réduire ses déchets.  

Mon idée, c’est de court-circuiter tout cela en donnant une seconde vie aux combis. Le néoprène est un matériau hyper qualitatif, résistant et imperméable. Mais c’est aussi une matière très polluante qui contient du pétrole. J’ai donc cherché une solution pour la valoriser.”  

Soutenir l’économie locale

Protéger son matériel de golf grâce aux combinaisons de surf usagées, c’est donc le concept de Twirl. “Au golf, on fait un 'twirl' avec son club quand on a réussi un coup. On fait tournoyer le club. Il y a une logique de rotation...” Un petit nom de circonstance pour un projet bâti sur les principes de l’économie circulaire. 

Pour concevoir les prototypes de ses couvre-clubs originaux, Matthieu a choisi l’ESAT Saint Joseph, un atelier de fabrication tout près de Bordeaux qui emploie des personnes en situation de handicap. “Ma tante y travaille depuis plus de 20 ans. C’était une évidence pour moi de collaborer avec eux.” Pour des raisons techniques, le reste de la production sera réalisé à Cannes, dans un atelier spécialisé en conception d'accessoires solidaires et éco-responsables. “C’est une structure qui fait travailler des personnes en réinsertion et qui dispose des outils nécessaires pour travailler le néoprène.” 

Du néoprène directement collecté sur la côte Atlantique, de Soulac à Hendaye, grâce à un réseau de partenaires : “Je récupère beaucoup de combinaisons grâce aux écoles de surf notamment qui se débarrassent de leur équipement fatigué en fin de saison.” Les particuliers peuvent eux aussi faire don de leur combinaison usagée en contactant Matthieu via le site de la marque.

Les tenues sont ensuite découpées, assemblées et doublées d’un tissu coloré. "Le néoprène ne tenant pas l'impression sur le long terme, j’ai choisi de le renforcer avec un mélange de tissu recyclé composé de coton bio, de polyester et d'une touche d'élasthanne. Cela permet une plus grande liberté créative pour les couleurs et le logo tout en exploitant un maximum de surface des combinaisons recyclées." 

Les chutes de néoprène restantes sont ensuite récupérées par une entreprise rochelaise chargée de valoriser ces ultimes déchets. “Mon objectif c’est le zéro déchet absolu.” 

Moderniser les accessoires de golf

Entrepreneur dans l’âme, le jeune Bordelais réfléchissait depuis longtemps à créer une gamme d’accessoires pour le golf, un sport qu’il pratique depuis près de 20 ans.  

J’ai commencé le golf à l’adolescence et aujourd’hui c’est une vraie passion. J’ai même conquis plusieurs de mes amis qui au départ étaient réticents.”  

Car son sport préféré souffre d’une image vieillissante et peu inclusive.

Quand on pense golf, on pense countryclub et dress code strict. Les accessoires sont souvent de couleur terne, cela laisse peu de place au fun. En créant ma marque, je veux dépoussiérer tout ça en insufflant un peu de l’esprit et des couleurs du surf californien des années 70.” 

Twirl Golf propose trois coloris de couvre-clubs
© Gautier Paranteau

Twirl Golf, né à l’été 2020, propose pour le moment trois modèles de housses aux coloris bleu, vert et orange flashy pour protéger les bois, l’extrémité des clubs de golf qui sert à frapper la balle. “Quand on marche avec son sac de golf, les clubs s’entrechoquent et les bois s’abîment. Les couvre-clubs permettent d’améliorer la longévité du matériel. ” 

La production des premiers couvre-clubs a été lancée en mai 2021 grâce à une campagne de financement Ulule et sera livrée courant août aux premiers clients. Désormais lauréat du prix Sport Planète fédéré par MAIF, Twirl va bénéficier de 1500€ supplémentaires. “Ce coup de pouce inattendu va me permettre d’investir dans le développement de nouveaux produits et d’élargir la gamme.”  

Matthieu espère pouvoir bientôt proposer de nouveaux accessoires, mais toujours dans le même esprit : “de la mer vers la terre.” 

Prochaine étape : le Grand Prix Sport Planète qui sera décerné en novembre 2021 parmi les différents lauréats récompensés tout au long de l’année.  

Flavien Thouroude et Nathan Darly présentent le site web de leur entreprise Bomolet créée en 2021
Bomolet, le lauréat Sport Planète qui nous fait courir français

Des vêtements de sport qui parcourent...

Lire l'article

Découvrez un autre lauréat du prix Sport Planète fédéré par MAIF

Bomolet, une jeune entreprise française qui confectionne des vêtements de sport à partir de bouteilles en plastique recyclé.