Agissons ensemble pour le mieux commun
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. LISAqua : gambas au propre
14 décembre 2020 | Pays de la Loire

Lisaqua : gambas au propre

En résumé

MAIF présente Les innovateurs – Une série de portraits d’entrepreneurs bien décidés à avoir un impact positif sur leur territoire. Une coproduction MAIF-Télénantes.

LISAqua, à Nantes, produit une crevette « triple zéro » : 0 km, 0 rejet polluant, 0 antibiotique.
© MAIF-TéléNantes-2020

En France, il est souvent impossible d’acheter des gambas qui n’aient pas parcouru des milliers de kilomètres avant d’arriver sur l’étal.

En effet, les principaux lieux de grande production se situent en Asie ou Amérique du Sud. "De plus, les gambas importées sont congelées dans la saumure. Elles contiennent beaucoup de sel, des sulfites et parfois des traces d’antibiotiques et des colorants…", explique Charlotte Schoelinck, titulaire d’un doctorat en biologie marine et cofondatrice de la société nantaise LISAqua. "Face à cette situation, nous voulons fournir le marché local en produits frais, pêchés du jour. Pour cela, nous avons développé un savoir-faire unique au monde pour recréer un milieu marin en circuit fermé, maintenu à une température de 28°C." 

Un savoir-faire unique

Les crevettes LISAqua sont élevées en compagnie d’autres invertébrés, les uns se nourrissant des fèces des autres. Les rejets polluants sont ainsi réduits au minimum. Le mot LISAqua est d’ailleurs l’acronyme de Low-impact and sustainable aquaculture. En bon français, l’entreprise parle de "permaquaculture". "La production à grande échelle devrait démarrer pour Noël 2021", annonce Charlotte Schoelinck. "Les tests se déroulent pour le mieux et nous livrons déjà des poissonniers et restaurateurs qui sont très satisfaits de la qualité des produits que nous leur présentons." 
 

En savoir plus sur LISAqua

Le savez-vous ?

Il existe déjà une crevette impériale française, élevée dans les parcs à huîtres de Charente-Maritime. Mais sa production reste confidentielle… Des élevages bio existent à Madagascar ou en Indonésie, mais ils restent très loin de nos assiettes ! 
 

Retour