Vous lisez actuellement :
Le siège social MAIF labellisé Ecojardin
Agissons ensemble pour le mieux commun
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Notre siège social MAIF labellisé Ecojardin
13 mai 2021 | Nouvelle-Aquitaine

Notre siège social MAIF labellisé Écojardin®

En résumé

Le long du boulevard de l’Atlantique, les grands bâtiments du siège social MAIF arborent fièrement leur triangle rouge. Derrière eux s’étendent, insoupçonnables, douze hectares de jardins et de parkings arborés. En février dernier, ces espaces verts ont été labellisés Écojardin®. Une jolie reconnaissance pour les six salariés MAIF qui y œuvrent, avec le souci constant de l’harmonie et de la biodiversité.

Trois collaborateurs MAIF en charge des espaces verts aménagent le jardin terrasse du siège à Niort
Pour remplacer l'historique jardin à la française, l'équipe des espaces verts MAIF a choisi des plantes bien adaptées au climat, dans des pépinières locales. Passé la première année, elles ne devraient plus recevoir d'arrosage.
© Anthony Hamidovic/MAIF

Le printemps bien installé, la terrasse jardin qui relie les premiers bâtiments du siège MAIF amorce sa métamorphose. Adieu le jardin à la française, l’équipe d’entretien des espaces verts fignole l’aménagement d’un jardin aux allures plus sauvages et naturelles. Arbustes, fleurs vivaces et graminées offriront bientôt des buissons souples à côté des zones engazonnées. « Lorsque j’ai commencé à travailler ici, il y a 20 ans, nous étions plutôt sur des jardins d’ornement, avec un arrosage et des tontes très régulières des pelouses, et des plantations annuelles », rappelle Sébastien Point. En quelques années, les six collaborateurs qui soignent les espaces verts MAIF ont entièrement revu leur façon de travailler. « Nous sommes passés au zéro-phyto il y a dix ans, et nous n’arrosons plus que les nouvelles plantations », confirme Frédéric Rimbault, qui dirige l’équipe.

Vue de la terrasse jardin du siège MAIF en cours de plantation
Les espaces verts du siège MAIF à Niort, ce sont douze hectares de jardins et de parking arborés labellisés, à l'orée de la plaine de Niort nord-ouest classée Natura 2000. Vue du haut des bâtiments, cette parcelle de jardin est en cours d'aménagement.
© Anthony Hamidovic/MAIF

Déchets verts : rien ne se perd !

Pour préserver ces jeunes pousses, les jardiniers misent sur un paillage à base de copeaux de bois qui stimule la vie du sol et retient l’humidité. "Nous le fabriquons sur place avec la taille des arbres qui ombragent nos parkings", révèle Anne Ferrer-Hénin. Les autres déchets verts sont livrés en déchetterie pour faire du compost que l’agglomération niortaise met à la disposition des entreprises et des habitants du territoire.

Pendant que l’équipe travaille sur la terrasse, plusieurs opérations de désherbage sont en cours aux quatre coins du site. À la manœuvre, une équipe des Ateliers Niortais. L’Établissement et service d’aide par le travail (Esat) intervient quatre à cinq fois par an pour aider à l’entretien de la dizaine d’hectares de jardins et de parkings arborés du site. Plus de 150 essences s’y épanouissent.

Des animaux à la rescousse

S’ils ont banni tout intrant, les jardiniers ont trouvé d’autres moyens, plus bucoliques, d’entretenir l’espace et de lutter contre les ravageurs.
 

hôtels à insectes à la MAIF
© Mélanie Chaigneau/MAIF
Les chèvres tondent et débroussaillent une partie des jardins MAIF
© Mélanie Chaigneau/MAIF
De la ciboulette et d'autres plantes aromatiques sont plantées
© Anthony Hamidovic/MAIF

Près de 5 000 mètres carrés d’herbe sont ainsi confiés d’avril à fin octobre aux chèvres et aux moutons du Bar à chèvres, un élevage local spécialisé dans les services d’écopâturage. « Nous avons aussi six ruches qui fournissent le miel à notre restaurant d’entreprise », indique Frédéric Rimbault.

Les nombreuses plantes d’intérieur qui agrémentent les bureaux bénéficient aussi de soins naturels : des lâchers réguliers de coccinelles cryptoleamus et de chrysopes, deux insectes champions de la lutte biologique contre les pucerons et autres cochenilles.

Les jardins MAIF, réserve de biodiversité

Pour attirer des insectes utiles au jardin, plusieurs hôtels ont été construits pour eux et des espaces sont laissées en jachère. "Nous fauchons ces zones une seule fois par an, annonce Anne Ferrer-Hénin. Elles sont idéales pour les petits animaux, et les fleurs qui y poussent naturellement sont très prisées par nos abeilles." Elles font aussi le bonheur de nombreux oiseaux, comme le chardonneret élégant, une espèce en déclin, sur la liste rouge des espèces menacées en France.

En 2020, MAIF a fait réaliser un inventaire par le groupe ornithologique des Deux-Sèvres, recensant près d’une trentaine d’espèces d’oiseaux : du majestueux héron cendré à la timide huppe fasciée. "Nous avons suivi une formation afin de mieux reconnaître les oiseaux présents et de leur fournir un habitat adapté. Cette année, nous leurs installons des nichoirs et des mangeoires, notamment pour les mésanges, car nous avons un petit problème de chenilles processionnaires qu’elles vont nous aider à gérer", explique l’équipe.

Ces salariés MAIF entretiennent la rivière artificielle du site.
La rivière abrite de nombreux poissons, dont des carpes amour qui gèrent sa végétation aquatique. Les équipes MAIF interviennent essentiellement pour retirer les débris végétaux afin qu'ils ne bouchent pas la bonde de ce cours d'eau en circuit fermé.
© Anthony Hamidovic/MAIF

La qualité de vie au travail se joue aussi à l’extérieur

À la belle saison, sous les arbres qui bordent la rivière poissonneuse du site, les salariés profitent volontiers des tables pour pique-niquer. Certaines d’entre elles, dédiées aux réunions, sont reconnaissables au petit panneau photovoltaïque qui permet d’alimenter un ordinateur portable. À l’heure de la pause ou en fin de journée, il n’est pas rare de voir les salariés déguster une fraise, croquer une tomate, ou prélever un petit bouquet d’aneth dans les jardinières postées à l’entrée des bâtiments. Des aménagements dont l’équipe de Frédéric Rimbault dote peu à peu d’autres sites MAIF. Avec la levée des restrictions dues à la crise sanitaire, son équipe pourra bientôt reprendre ses visites partout en France pour y améliorer les pratiques, et aussi s’en inspirer. Si les bâtiments MAIF répondent au référentiel Haute qualité environnementale (HQE) Exploitation*, notre mutuelle d’assurance ambitionne aussi de faire labelliser Écojardin® d’autres de ses sites.

Les six commandements d’un Écojardin®

Le label Écojardin® est attribué pour trois ans à la suite d’un audit, puis tous les cinq ans après le premier renouvellement. Six critères essentiels entrent notamment en ligne de compte :

  1. 1. L’ensemble des sols bénéficient d’un couvert végétal 
  2. 2. Les besoins en eau sont évalués en fonction du climat, du type de sol et des plantes
  3. 3. La biodiversité du site est connue et des mesures sont mises en place pour la préserver
  4. 4. Les traitements avec des produits phytosanitaires sont proscrits
  5. 5. Des mesures sont mises en place pour réduire la production des déchets verts
  6. 6. Le personnel bénéficie d’un plan de formation intégrant des thématiques écologiques
Le label Écojardin®

* La certification NF HQE™ Bâtiment tertiaire en exploitation atteste de la qualité de l’entretien et de la gestion durable d’un site, des espaces verts jusqu’au ménage.