Vous lisez actuellement :
Noé Depoortere, un destin animé
Agissons ensemble pour le mieux commun
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Noé Depoortere, un destin animé
12 juillet 2021

Noé Depoortere, un destin animé

En résumé

 

Distingué par le concours Fondation MAIF - Grand Angle pour son film Pépère l'Expert, Noé Depoortere est un jeune cinéaste très bien entouré ! Spécialiste du film d’animation, il partage volontiers ses secrets de fabrication.  

Pépère l'Expert, une saynète fort sympathique ! Ancien électricien de bord, Pépère a le pied marin. Sur la terre ferme, c'est une autre histoire !
© No&Clem

Qui êtes-vous Noé Depoortere ?

J’ai 22 ans, je vis à Lille, je suis cinéaste indépendant. C’est très rigolo de me dire que je suis passé professionnel, car à la base le cinéma est une passion qui m’a pris tout petit. J’ai réalisé mes premières animations vers l’âge de 8 ans, avec des Lego et des jouets Playmobil. Je suis autodidacte, j’ai appris en tâtonnant, en faisant et en corrigeant. Et aussi en regardant beaucoup de films, pour explorer le champ des possibles. Le travail des studios Aardman*, c’est une solide référence ! J’aime aussi beaucoup les films de Victor Haegelin qui est un peu notre pionnier en France.
*studio d’animation britannique, créateur de Chicken Run, Wallace et Gromit…

 

Comment avez-vous réalisé pépère l’Expert ?

La technique utilisée s’appelle stop-motion (NDLR : Wikipedia propose la traduction française "animation en volume"). C’est une succession de photographies, au rythme de 24 images par seconde comme au cinéma. Au premier abord, elle semble complexe à mettre en œuvre. En réalité, c’est la technique de réalisation la plus facile, à condition d’être patient. C’est aussi la méthode la plus économique. On peut tout à fait commencer sur un coin de table, en solo, sans rémunérer d’équipe. En ce sens, elle est accessible à tous.  

Découvrez les autres lauréats

Le concours vidéo Grand-Angle, organisé par la Fondation MAIF pour la recherche, décerne  sept récompenses. Pépère l'Expert  a raflé le Grand prix mais il vous reste six lauréats à découvrir, dont le Prix des écoles. 

Le site du concours

Avec autant de Depoortere au générique de Pépère l’Expert, on ne parle plus vraiment de travail en solo...

Et oui en effet je travaille en famille ! Ma sœur Clémence est diplômée d’une école de cinéma bruxelloise. Nous travaillons souvent ensemble, sous le pseudo No&Clem. Dans ce duo, elle s’occupe d’écriture et de direction d’acteurs pendant que je gère les aspects techniques et le montage. Dominique, mon père, est cinéphile dans l’âme et scénariste à ses heures. C’est à lui que nous devons les dialogues de Pépère l’Expert. Il est aussi un précieux renfort logistique puisqu’il a mis un coin de hangar à ma disposition, où je peux installer mes décors. Je suis également entouré d’amis comme Simon Hervé, styliste et costumier, qui a cousu le magnifique kimono en soie de Pépère. C’est un travail de haute précision qui lui vaut toute ma reconnaissance ! Quentin Olivier est un imprimeur 3D. Sa technique permet de débloquer bien des situations. Pour Pépère, il a réalisé l’escabeau et le squelette de la scène finale. 

Combien mesure Pépère dans la vraie vie ?

Il mesure 24 cm de haut. Il est composé en silicone, autour d’une armature flexible qui imite le squelette. Les décors sont réalisés à l’échelle 1/7. Les personnes qui sont intéressées par ces aspects techniques peuvent rejoindre ma page Instagram, où je poste des photos et vidéos de tournage. Je précise que tous les éléments de décor sont fabriqués à la main, à l’exception de ceux créés par imprimante 3D. Il n’y a pas d’effets spéciaux dans mes films, pas de palette graphique. Je prends beaucoup de plaisir à fabriquer les éléments de décor, c’est l’un des aspects qui me réjouit le plus. Ainsi, l’escabeau dans Pépère a été conçu en 3D mais je l’ai patiné pour lui donner un aspect ancien.

 

Le saviez-vous ?

Depuis février 2021, MAIF (en partenariat avec AREAS) commercialise une offre d'asurance couvrant les tournages de films, séries, publicités... Responsabilité civile, dommage aux décors ou au matériel : l'offre est très rassurante pour les producteurs ! En option, nous proposons une garantie "annulation de tournage" qui vient d'être enrichie d'une clause intégrant l'interruption du tournage liée à des violences sexistes ou sexuelles.  

Canal de souscription : 

Centre de Gestion MAIF  Multirisques d’Aix en Provence 
Tél. 04 42 37 63 63
collectivites.aix@maif.fr

Que deviennent ces personnages et décors ? 

J’essaye d’en conserver le plus possible, au moins à titre de souvenir. Et puis cela peut resservir ! Ainsi, pour Pépère l’Expert, j’ai réutilisé les personnages et le décor de chambre à coucher du film « Je suis nous », récompensé d’un prix des Médias au festival Nikon. 

Comment allez-vous utiliser la somme remise par la Fondation MAIF ?

Il est vrai que j’ai plus l’habitude de recevoir des prix en nature. Ainsi, l’appareil photo avec lequel je travaille a été gagné au festival Nikon. Avec ce prix de la Fondation MAIF de 5 000 €, je vais acheter du matériel de tournage. Et notamment des trépieds et rotules, qui sont très utiles pour accrocher les éléments d’éclairage et de prise de vue. 

Comment voyez-vous votre avenir ?

Je commence à être connu, les festivals et concours sont un bon vecteur de notoriété. J’estime en tout cas avoir gravi une marche, des grandes marques me demandent des films publicitaires. Sur un plan plus artistique, j’aimerais passer au moyen métrage, pour concourir à des festivals importants comme Clermont-Ferrand et Annecy. Pour le moment, mes films de 2 minutes ne répondent pas à leurs critères de sélection. Et qui sait un jour le long métrage ? Ce serait un aboutissement.