1. Accueil
  2. Actualités
  3. Petit tour en forêt de Scévolles
24 avril 2024

Petit tour en forêt de Scévolles

Le 30 juin 2022, le fonds MAIF Forêts signait sa première acquisition, une parcelle de 900 hectares en forêt de Scévolles (86). Un investissement important, né de notre stratégie globale de préservation de la biodiversité. Petite visite de printemps ! 
 

vue de forêt
Zéro coupe rase, amélioration du stock de carbone, ventes en circuit court, protection des sols et de la biodiversité : MAIF s’engage durablement pour protéger les forêts.© Getty Images

Quelques mots sur France Valley

Charles de Cointet et Clément Roche, nos guides pour cette promenade, sont respectivement directeur associé et directeur des investissements de la société de gestion France Valley.


N° 1 français de l’investissement forestier et viticole, France Valley accompagne le fonds MAIF Forêts dans sa politique d’acquisition et de gestion durable de parcelles forestières. France Valley est, comme MAIF, une entreprise engagée, pleinement consciente de sa responsabilité vis-à-vis du monde vivant.

Les engagements de France Valley

Un héritage des siècles passés

Rendez-vous est donné près du lieu-dit Clos de Saires, à l’entrée d’une allée pénétrante dont l’extrémité se perd à l’horizon. Scévolles est l’une des plus vastes forêts privées de France, dont MAIF a acquis le quart sud-est. Une barrière bloque l’entrée aux véhicules non autorisés. Hors période de chasse, on peut passer à pied ou à vélo à condition de rester sur les chemins tracés.  C’est une question de sécurité, la MAIF serait responsable en cas d’accident , précise Clément Roche. De part et d’autre de l’allée rectiligne, les chênes pédonculés se succèdent à perte de vue, accompagnés d’essences minoritaires : chênes sessiles, trembles, bouleaux, pins maritimes. Une matière vivante, mais pas sauvage.  Tout ce qui nous entoure est le fruit d’un long travail humain. Cette forêt existait bien avant nous, des générations de forestiers nous ont précédés pour arriver à ce résultat , livre Clément Roche. Comme nos ancêtres, il faudra se montrer patients : l’âge moyen des chênes en forêt de Scévolles est d’environ 120 ans. Au total, France Valley a dénombré 68 000 m3 de bois d’œuvre et 107 300 stères de bois de chauffage sur notre parcelle de 900 ha (l'équivalent d'un carré de 3 km de côté). Beaucoup de propriétaires seraient tentés d’en tirer un profit immédiat. Nous prenons le parti inverse : les coupes rases sont interdites.

« C’est un investissement qui nous engage sur le très long terme, nous voulons transmettre cette forêt aux générations futures. »

Hélène N’Diaye, directrice générale adjointe MAIF

La longue histoire du bois

 La forêt était beaucoup plus peuplée dans les temps anciens, quand le bois était le seul combustible à disposition pour se chauffer et cuisiner , rappelle Clément Roche. On y faisait même paître le bétail ! En 1346, l’ordonnance de Brunoy est l’une des premières lois de développement durable : elle stipule que les coupes de bois ne doivent pas nuire au bon état perpétuel de la forêt. Peine perdue ! La consommation de bois augmente tellement que les forêts françaises périclitent, au point qu’un programme de reforestation est ordonné au Second Empire. Plutôt que de replanter chênes et feuillus, beaucoup de propriétaires se tournent alors vers les résineux, qui offrent un meilleur rendement financier. C’est sur cet héritage que nous vivons aujourd’hui. La forêt couvre un tiers du territoire national, mais sa qualité est inégale. L’enrésinement des parcelles, accusé d’appauvrir la biodiversité et d’acidifier les sols, est combattu à juste titre par les associations de défense de l’environnement.

Promenade en forêt : les bonnes pratiques

Hors des sentiers battus, sans même le vouloir, les promeneurs écrasent les jeunes pousses et perturbent la vie sauvage. Les chiens en liberté, notamment, peuvent causer des dégâts importants à la faune sauvage. Du 15 avril au 30 juin, période de naissance des chevreuils, cerfs et sangliers, ils doivent être tenus en laisse. Le reste du temps, votre animal de compagnie doit être à moins de 100 m, sous contrôle visuel et vocal. Il est également interdit de jeter des détritus et de nourrir les animaux sauvages. Le feu et la cigarette sont proscrits.

La charte ONF du promeneur en forêt

Sylviculture à couvert continu

Comme pour tous ses investissements, MAIF Forêts déploie à Scévolles une sylviculture dite "à couvert continu".  À l’opposé de l’approche industrielle, c’est un travail quotidien pour faire gentiment évoluer la forêt  , explique Clément Roche.  Les coupes sont effectuées sur des très petites surfaces. Le but est d’éliminer les sujets les moins bien conformés pour donner la possibilité aux sujets les plus intéressants de prendre de la valeur . Le défi principal, dans cette vision lointaine, sera l’adaptation de la forêt de Scévolles au réchauffement climatique. Le jour de notre visite, le sol détrempé reflète mal la situation réelle du massif, exposé depuis plusieurs années à de violents épisodes de sécheresse.  Le dépérissement est visible par poches, là où le sol sèche plus vite , révèle Charles de Cointet.  C’est une évolution récente, qui complexifie notre métier. Nous nous tenons prêts à implanter des espèces plus résistantes à la chaleur, comme le chêne pubescent ou le cèdre.  Cette approche experte nécessite une parfaite connaissance des lieux. France Valley a nommé un correspondant local, spécialiste en sylviculture durable et fin connaisseur de l’écosystème forestier régional : bûcherons, transporteurs, scieries, négociants… Sa marque orange fluo, qui indique un abattage imminent, est déjà visible sur plusieurs pins maritimes en bordure d’allée. Leur destination est une scierie locale, conformément à l’engagement porté par MAIF Forêts de vente en circuit court.  Notre volonté est de produire avant tout du bois d’œuvre , précise Clément Roche.  De cette façon, le carbone stocké par l’arbre durant son cycle de vie n’est pas relâché dans l’atmosphère et chaque arbre replanté est un puits de carbone supplémentaire. 

Chemins de circulation et îlots de sénescence

 Avant toute opération d’abattage, nous quadrillerons la parcelle de chemins pour que les engins puissent circuler sans tasser le sol , indique Fabien Roche. Un investissement coûteux, rarement réalisé par les propriétaires forestiers. Il faut avoir les reins solides pour gérer une forêt de façon durable ! MAIF Forêts a également donné son aval à la création d’îlots de sénescence.  Ce sont des zones où l’on n’interviendra pas, la forêt retourne à une forme de tranquillité, propice à la vie animale , commente Charles de Cointet.  De même, on laisse pourrir quelques arbres morts sur pied ou couchés par la tempête. Ils servent d’abri aux insectes et à la petite faune et sont très utiles à la biodiversité. 

Les arbres, sensibles au climat

Le réchauffement climatique menace la forêt française : un tiers des arbres montrent déjà des signes de faiblesse. D’où notre volonté de protection et d’entretien ! Au XIXe siècle, ce fut l’exact contraire : des millions d’arbres périrent pendant les "hivers effroyables" de 1829, 1880 et 1893, noyés sous la neige ou gelés à cœur par le froid. Les victimes les plus nombreuses furent les oliviers, chênes et amandiers ainsi que des essences exotiques (marronniers…) introduites dans les années 1830-1850. 

Source : La Forêt européenne, entre passé et futur - 1850-2050 - Une conférence d’Andrée Corvol-Dessert, directrice de recherche au CNRS.

Voir la conférence