Vous lisez actuellement :
Solidarité Covid-19 : bilan de vos dons
Agissons ensemble pour le mieux commun
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Solidarité Covid-19 : une mesure très appréciée
23 janvier 2021

Solidarité Covid-19 : une mesure très appréciée

En résumé

Au début du confinement, l’annonce de notre mesure Solidarité Covid-19 a reçu un accueil très positif de la part de nos sociétaires. Au final, 70 % d'entre eux ont exprimé leur choix entre un remboursement de 30 € par véhicule assuré au titre du contrat auto, ou l’attribution de cette somme à l’un des trois organismes en première ligne de la crise sanitaire et économique.

Un homme du Secours Populaire donne un sac de légumes à une femme
Durant le confinement, le Secours populaire français a adapté ses services à la situation sanitaire, pour répondre à des demandes d’aide en forte hausse dans son réseau de 1 300 lieux d’accueil.
© Yoann Leguistin/Secours populaire français

"Félicitation, bravo et merci pour cette belle initiative de solidarité !" Comme tant d’autres sociétaires, Jean nous a envoyé ce message chaleureux lors de l’annonce de la mesure Solidarité Covid-19, au début du confinement. Anticipant la baisse des accidents de la route durant cette période où tant de véhicules ne circulaient plus, la MAIF avait estimé à 100 millions d’euros les économies générées et mis cette somme à la disposition de ses assurés auto1.

Très concrètement, 30 euros par véhicule assuré au titre du contrat auto, dont vous pouviez demander le remboursement ou faire don à l’Institut Pasteur, à la fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France ou au Secours populaire français. Au total, plus de deux millions de nos assurés étaient concernés par cette mesure. 70 % d’entre eux nous ont fait connaître leur décision : environ sept sociétaires sur dix ont demandé le remboursement, les autres ont opté pour un don à l’un des trois organismes.

Des témoignages de satisfaction

Nous vous remercions très chaleureusement pour tous les messages que vous nous avez adressés. Ceux qui ont choisi le remboursement ont apprécié cette attention de la MAIF durant une période difficile. Vous êtes nombreux à nous avoir expliqué que vous aviez opté pour le remboursement pour soutenir d’autres causes qui vous tenaient à cœur, ou pour donner plus et bénéficier du levier fiscal de la loi Coluche. Michel, par exemple, nous a raconté pourquoi il préférait faire un don à sa propre association : "Au début de la pandémie, j’ai réuni quelques personnes afin de passer une convention de partenariat entre la Banque alimentaire et notre association, pour organiser, une fois par semaine, des distributions de denrées comestibles. À ce jour, nous en avons distribué près de trois tonnes, pour 130 personnes." Le dispositif permettait aussi d’effectuer un don par l’intermédiaire de la MAIF. "Je tiens à vous remercier d’avoir pris l’initiative de verser aux associations ou aux fondations sélectionnées les "économies" réalisées pendant cette crise sanitaire, nous a écrit Jenny. Je retrouve là un esprit mutualiste qui donne ou redonne du sens à votre action." 

Une chercheuse manipule des tests dans un laboratoire
Comme dans tout le réseau international des Instituts Pasteur, ces chercheurs du Centre national de référence des virus des infections respiratoires de l’Institut Pasteur (Paris) sont mobilisés pour répondre par la science à la pandémie d’infection par le coronavirus SARS-CoV-2, responsable de la maladie Covid-19.
© François Gardy/Institut Pasteur

Des dons également répartis

Nos sociétaires ont presque réparti équitablement leurs dons entre les trois destinataires potentiels : le Secours populaire français, l’Institut Pasteur, la fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France. Cela a permis de verser un total de 20 millions d’euros répartis entre les trois organismes récipiendaires. Voici les messages qu’ils vous ont adressés, pour vous remercier de votre solidarité et préciser quelles actions vont bénéficier de votre soutien financier :

Henriette Steinberg, secrétaire générale du Secours populaire français : "Merci à toutes et tous de votre soutien au Secours populaire français en cette année de pandémie. Nos 1 300 lieux de solidarité sur le terrain ont transformé le confinement et le désarroi des populations démunies en moments d’amitié et de fraternité : apport de produits alimentaires, d’hygiène, de jeux, de livres pour les enfants, à l’extérieur de nos locaux ou directement aux domiciles des moins mobiles. De même pour nos amis des territoires ultramarins. Ce sont plus de 45 % de personnes non connues de notre association qui s’y sont fait inscrire pour être aidées. Votre aide va aussi permettre d’y adjoindre les outils numériques nécessaires aux enfants. Des jeunes diplômés, eux-mêmes en recherche d’emploi, vont apprendre à leurs cadets à maîtriser ces outils, transformant cette période angoissante en moment d’apprentissage collectif et de prise en main de l’avenir." 

Dr Jean-François Chambon, directeur de la communication et du mécénat à l’Institut Pasteur : "Je tiens personnellement et très chaleureusement à vous remercier toutes et tous pour votre formidable générosité et pour votre soutien ! Merci de votre présence aux côtés de nos chercheurs pour faire face à la pandémie de Covid-19. L’élan de solidarité dont vous avez fait preuve est tout à fait exceptionnel. Grâce à vous, aujourd’hui, 400 scientifiques de l’Institut Pasteur sont impliqués dans près d’une centaine de programmes de recherche dédiés à lutte contre cette nouvelle maladie. Leurs objectifs ? Mieux connaître le virus, développer de nouveaux outils de diagnostic, accélérer la mise au point de traitements, de vaccins efficaces, ou encore modéliser l’épidémie pour pouvoir mieux la contrôler… Ils agissent sur tous les fronts. Bravo et encore merci pour votre très large mobilisation, qui nous encourage à acquérir chaque jour de nouvelles connaissances." 

Danuta Pieter, déléguée générale de la fondation Hôpitaux de Paris – Hôpitaux de France : "Nous remercions très sincèrement l’ensemble des sociétaires de la MAIF qui se sont mobilisés pour soutenir notre fondation, permettant une action dès le début de la pandémie, dans toute la France. Notre fonds d’aide d’urgence, lancé dès le 16 mars, a permis de débloquer des fonds pour l’ensemble des hôpitaux français, publics et privés à buts non lucratifs, pour de l’achat de matériel d’urgence. Il a aussi permis d’équiper plus de 3 000 Ehpad en matériel médical et en tablettes numériques, précieuses pour lutter contre l’isolement. Grâce à tous ces dons, nous avons distribué plus de 5 000 repas par jour pour le personnel soignant pendant le confinement. Aujourd’hui, ce fonds permet d’aménager des espaces de repos pour les soignants, pour qu’ils puissent avoir un moment de détente et de répit, dans des conditions de travail améliorées."

Mentions légales

1. Les bénéficiaires de cette mesure étaient les particuliers et les associations titulaires d’un contrat Vam en cours, à jour de leur cotisation au 2 avril 2020 :  

  • dont le véhicule, assuré par le contrat Vam en cours, est : un quatre roues à moteur (voiture particulière et véhicule utilitaire léger de PTAC inférieur ou égal à 3,5 t), un camping-car de PTAC inférieur ou égal à 3,5 t, un camion ou car ou camping-car de PTAC supérieur à 3,5 t, une motocyclette de cylindrée supérieure ou égale à 125 cm3, une voiturette avec ou sans permis ; 
  • à l’exclusion des autres catégories de véhicules suivants : véhicules de collection, cyclomoteurs, quads, engins spéciaux, tracteurs agricoles et des remorques ;   
  • et, pour les associations, sont exclues également celles concernées par :  les souscriptions via des marchés publics, puisque les contenus des garanties et les tarifs sont définis dans le cadre d’une procédure administrative lors de la souscription du marché, les contrats intermédiés (courtier ou plate-forme) et le BtoBtoC (assurance véhicule à l’usage dans le cadre de l’économie collaborative, s’agissant par définition d’assurance temporaire sur des véhicules qui n’appartiennent pas à la collectivité sociétaire).