Vous lisez actuellement :
Etude MAIF/MGEN/IFOP : "La mort à l'école"
Agissons ensemble pour le mieux commun
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Presse
  4. Etude MAIF/MGEN/IFOP : "La mort à l'école"
28 octobre 2021

"La mort à l’école" : regards croisés entre élèves, enseignants et parents

Comment réagir, comment éduquer nos enfants à la mort pour leur donner les outils leur permettant d’y faire face ? C’est dans cette perspective éducative que MAIF et le groupe MGEN ont mené une grande enquête sur la mort à l’école auprès des élèves du secondaire, mais aussi de leurs enseignants et de leurs parents.

Peut-on parler de la mort et comment ? L’enquête révèle que 41% des Français déclarent penser régulièrement à la mort. En moyenne, 59% des élèves, 74% des enseignants et 65% des parents d’élèves ont évoqué le sujet de la mort au cours de ces 12 derniers mois. Si elle fait partie intégrante de la vie, la mort reste un sujet que beaucoup n’aiment pas aborder.

Un sujet tabou ?

Bien que chaque individu soit confronté à la mort au cours de sa vie, cela reste un sujet perçu comme difficile à aborder pour 59% des élèves, 73% des enseignants et 51% des parents, car douloureux. C’est néanmoins un sujet d’importance en dehors du cadre scolaire : 45% des élèves, 51% des enseignants et 50% des parents estiment nécessaire d’aborder le sujet. 
Au global, 71% des parents reconnaissent le besoin de parler de la mort aux enfants, participant à la déconstruction de l’idée reçue selon laquelle la mort serait un sujet tabou. 

Plusieurs raisons expliquent cette difficulté à parler de la mort :

  • Un tabou du deuil plus qu’un tabou de la mort avec 7 enseignants sur 10 se sentant mal à l’aise d’aborder le sujet avec leurs élèves.
  • La peur que son interlocuteur soit en phase de deuil pour 73% des enseignants et 64% des parents.
  • Quelque chose qu’on ne maîtrise pas, qu’on ne connaît pas pour 72% des élèves et 56% des parents d’élèves n’osant pas évoquer le sujet de la mort, car ne sachant pas comment l’aborder.

La jeune génération semble s’affranchir de ce tabou. En effet, l’enquête montre que 77% des élèves se sentent à l’aise de parler de la mort avec leurs parents, 73% avec leurs camarades et 55% avec d’autres membres de leur famille (oncles, tantes, cousins…). 84% des élèves définissent la mort comme une étape de la vie.

Des professeurs davantage confrontés à la mort

Les enseignants sont plus exposés à la mort : 53% déclarent penser régulièrement à la mort contre 41% des Français. De plus, 83% des enseignants ont déjà été confrontés à la mort contre 69% des parents et 55% des élèves. Dans le cadre de leur fonction, 71% des enseignants ont déjà été confrontés au décès d’un parent d’élève, 67% au décès d’un collègue et 58% d’un élève.
Pourtant, ce sont ceux qui expriment le plus de difficulté à aborder ce sujet avec leurs élèves : 53% des enseignants évitent d’en parler contre 44% des parents d’élèves avec leurs enfants.

Le rôle éducatif

L’étude révèle que 77% des enseignants et 68% des parents d’élèves pensent que le personnel des collèges et lycées a un rôle à jouer dans l’éducation à la mort. 51% des enseignants souhaitent d’ailleurs bénéficier d’un accompagnement ou d’outils pour pouvoir évoquer ce sujet avec leurs élèves. 

De plus, 71% des parents d’élèves et 60% des enseignants pensent qu’il faut parler de la mort aux enfants dont 69% des enseignants âgés en 30 et 39 ans. Seulement 37% des élèves ont abordé le sujet de la mort avec leurs professeurs. Un long travail autour de la mort dans le milieu scolaire reste donc à faire. 

Enquête réalisée en ligne du 23 juin au 7 juillet 2021 et menée auprès de trois cibles : un échantillon de 1002 enseignants du secondaire ; un échantillon de 1000 parents d’élèves scolarisés dans le secondaire ;  un échantillon de 1002 de élèves scolarisés en collèges et lycées, représentatif de la population française de chaque cible

"La mort si on en parlait" à Nantes

Les 4 et 5 novembre prochain, MAIF et le groupe VYV vous invite à la troisième édition de l’événement "La mort si on en parlait" à la Cité des Congrès de Nantes.

Au programme : deux jours de conférences, d’échanges et d’expériences inédites autour d’invités exceptionnels comme l'autrice et rabbin Delphine Horvilleur, les psychologues Marie de Hennezel et Christophe Fauré, le journaliste Stéphane Allix et bien d’autres...

Inscrivez-vous pour participer en présentiel ou en digital.

Découvrir la programmation

A propos de MAIF

6ème assureur automobile et 1er assureur du secteur associatif, MAIF couvre l’ensemble des besoins de plus de 3 millions de sociétaires (assurances de biens, prévoyance, santé, assistance, épargne, crédit…), pour un chiffre d’affaires de 3,7 milliards d’euros en 2020. Régulièrement plébiscitée en matière de relation clients, MAIF est devenue en 2020 société à mission, avec pour raison d’être de porter une attention sincère à l’autre et au monde et de la placer au cœur de chacun de ses engagements et de ses actions.

Plus d'informations sur MAIF.fr

A propos du groupe MGEN

Avec plus de 4 millions de personnes protégées, près de 10 000 salariés et un chiffre d'affaires supérieur à 2 milliards d'euros, le groupe MGEN est un acteur majeur de la protection sociale. MGEN gère le régime obligatoire d'assurance maladie des professionnels de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation, de la Culture, des Sports, et de la Transition écologique et solidaire. MGEN propose également une complémentaire santé individuelle ouverte à tous les publics, ainsi que des contrats collectifs santé et prévoyance pour les entreprises et les associations. Acteur global de santé, MGEN met à la disposition de la population une offre de soins diversifiée et ouverte à tous à travers ses 62 services de soins et d'accompagnement (établissements sanitaires et médico-sociaux, centres médicaux et dentaires), les trois établissements de la région parisienne qu'il co-pilote et les 2800 services de soins et d'accompagnement mutualistes qu'il finance en France. Depuis le 13 septembre 2017, le groupe MGEN fait partie du Groupe VYV. 

Plus d'informations sur MGEN.fr

Le Groupe VYV, Entrepreneur du mieux-vivre

Le Groupe VYV est le 1er acteur mutualiste de santé et de protection sociale en France. Autour de ses 4 métiers (Mutuelle et assurance, Services et assistance, Soins et accompagnement, Habitat et logement social), le Groupe VYV développe des offres complètes et personnalisées pour accompagner et protéger tous les individus tout au long de la vie. Le Groupe VYV œuvre au quotidien pour être utile à tous et à chacun : près de 11 millions de personnes protégées, 69 000 entreprises clientes en santé et en prévoyance et plus de 26 000 collectivités territoriales.  En 2020, le chiffre d’affaires du groupe est de 9,7 milliards d’euros. L’activité assurance représente 7,7 milliards d’euros dont 5,6 milliards d’euros de cotisations santé et 1,4 milliard d’euros de cotisations prévoyance. Acteur engagé, avec près de 45 000 collaborateurs et 10 000 élus, dont près de 2 600 délégués, le Groupe VYV innove et anticipe pour construire une société plus équitable et socialement responsable.

Plus d'informations sur Groupe-VYV.fr
Contacts presse

Les équipes Relations Presse se tiennent à votre disposition.

Simon Vuillemin

Relations Presse MAIF

simon.vuillemin@maif.fr

06 11 44 61 78

Marine Chaumier

Relations Presse MGEN

mchaumier@mgen.fr

06 07 09 64 16

Suivez-nous