presse.

Mutum communiqué de presse

30 millions de foyers français possèdent en moyenne 34 objets utilisés moins de 3 fois par an, soit 1 milliard d’objets à se prêter ! 1 Et si vous pouviez emprunter les objets que vous n’avez pas, et prêter ceux qui vous servent peu ?
C’est le pari de Frédéric Griffaton et Mathieu Jeanne-Beylot, deux jeunes entrepreneurs qui ont vu dans l’économie participative un moyen d’accompagner la mutation de notre économie et la création de nouveaux modèles économiques.

c’est possible grâce à mutum.fr,une plateforme participative et gratuite de prêt et d’emprunt d’objets entre particuliers.

une levée de fonds de 1 million d’euros dont 550 000 euros de la MAIF

mutum vient de réussir sa première levée de fonds, fin septembre 2015. Commencée en janvier 2015, cette levée de fonds a été réalisée auprès de nombreux acteurs, dont les principaux sont la MAIF et la Banque Publique d’Investissement.


Conformément à sa stratégie à horizon 2018 et à l’annonce faite en 2014, la MAIF poursuit ainsi son engagement pour devenir un acteur référent de l’économie collaborative. La signature d’un partenariat avec mutum lui est donc apparue comme une évidence. La capacité de mutum à créer de la valeur partagée en plaçant les bénéfices sociaux et environnementaux au centre du projet a séduit la Mutuelle.


Ainsi, via MAIF Avenir, son fonds d’investissement créé en juin 2015 et dédié à l’innovation, au numérique et à l’économie digitale, la MAIF a décidé d’investir 550 000 euros sur mutum, afin de les accompagner et les soutenir dans leur démarche éthique et responsable de développement de services auprès des particuliers.


Ce partenariat est également l’occasion pour la Mutuelle de développer de nouveaux services pour ses sociétaires. mutum intègrera d’ailleurs à son tour MAIF Social Club, un outil collaboratif d’entraide réservé aux sociétaires MAIF et recensant les annonces de partage de services, d’objets et de projets ainsi que les services collaboratifs partenaires.

photo1.PNG

mutum, un outil gratuit au service des utilisateurs

Lorsque l’internaute s’inscrit, partage ou prête ses objets, il gagne des points (les « mutums »). La valeur de ces mutums est indexée sur le prix d’achat de l’objet, et représente la valeur d’utilisation de l’objet.
Ces mutums permettent ensuite à l’internaute d’emprunter les objets dont il a besoin, au plus près de chez lui. Il ne s’agit plus d’avoir du pouvoir d’achat, mais du pouvoir d’utilisation.

les perspectives

Aujourd’hui : 1 partage par jour, majoritairement en région parisienne.
Mi 2016 : une application mobile, dans toute la France.

un double business model

L’inscription comme l’utilisation du service proposé par mutum est gratuit et accessible à tous. Refusant par ailleurs la publicité et la vente des données personnelles, Frédéric et Mathieu ont adopté un modèle économique à double face, innovant et intelligent :

  • un modèle orienté vers les utilisateurs sous la forme d’une offre freemium, en leur permettant d’acheter des « mutums ».
  • un modèle basé sur une prestation de service aux entreprises.

Ayant réalisé du chiffre d’affaires dès le premier mois du lancement du site, le modèle économique a été confirmé, rendant mutum viable financièrement.

un acteur de l’économie sociale et solidaire

mutum encourage un modèle économique durable et responsable :

  • en privilégiant l’usage et l’expérience à la possession
  • en réemployant les objets et en luttant contre l’obsolescence programmée
  • en enrichissant les liens de voisinage, entre étudiants, entre collègues
  • en mesurant notre impact social et environnemental très prochainement, à l’aide d’un éco-calculateur intégré à la plateforme.

photo2.PNG 

à propos de mutum

Partis du constat qu’il manquait un tiers de confiance pour permettre le partage entre particuliers, Frédéric Griffaton et Mathieu Jeanne-Beylot se sont associés. Leur volonté est d’encourager le partage entre individus en facilitant et sécurisant leur mise en relation et d’oeuvrer pour une consommation plus responsable.

Fondé en février 2013 par Frédéric et Mathieu, mutum a été accompagné par le programme d’incubation d’Antropia, l’incubateur social et solidaire de l’ESSEC, en 2015. Le 6 octobre 2014, la version bêta de mutum.fr a été mise en ligne, puis mise à jour en septembre 2015, pour la rendre plus fonctionnelle et intuitive.

contact01.PNG

Télécharger le fichier PDF
Partager