entreprise.

"Colonne" - Nicolas Boulard

nicolas boulard - colonne 2017

Colonne

Ce projet s’inscrit dans la continuité d’un travail initié en 2010, intitulé Specific cheese : une étude sur la relation entre les sculptures de l’art minimal, aux géométries simples, et les formes des fromages.

C’est en observant l’œuvre Colonne sans fin de Constantin Brancusi que Nicolas Boulard a remarqué la similarité de la forme des pyramides avec celles des fromages de Pouligny-Saint-Pierre.

Avec Colonne, il revisite les formes classiques et assemble plusieurs fromages pour former une Colonne sans fin. Son projet deviendra une sculpture en bronze où le fromage remplacera la cire perdue, créant ainsi une nouvelle technique de moulage « à cheese perdu ».

Prototype en plâtre
Dimensions du projet : 75 x 9 cm
© Nicolas Boulard

Nicolas Boulard

Né en 1976, il vit et travaille à Clamart. Diplômé des Arts décoratifs de Strasbourg en 2002, il a été accueilli en résidence au Domaine de Chamarande (2009), au FRAC Alsace (2004 et 2012), et à Sapporo (Japon) en 2005. Il a également été exposé au MoMA (San Francisco, États-Unis) en 2010 et au Centre d’art contemporain (Vienne, France) en 2017. Il prépare aujourd’hui deux expositions : l’une à la galerie Éva Meyer à Paris, qui le représente, l’autre à la galerie Laurence Bernard de Genève.

Essentiellement connu pour son travail autour du vin et du fromage, Nicolas Boulard aime jouer avec les produits mythiques de la gastronomie. Embrassant aussi bien la sculpture, le texte, la vidéo et l’installation, son travail bouleverse les codes.

Complément
d'information

Les lauréats des années précédentes

Découvrez les artistes émergents, lauréats du Prix MAIF pour la sculpture contemporaine des années précédentes.

Notre démarche présentée par le président de la MAIF

Fidèle à sa vocation pédagogique et technique, le Prix MAIF pour la sculpture contribue chaque année à faire émerger un artiste probablement promis à un grand avenir.

Souvenons-nous que la Guerre défigure - Thomas WAROQUIER

Découvrez "Souvenons-nous que la Guerre défigure", le projet de Thomas Waroquier, l'un des cinq finalistes du prix MAIF pour la sculpture contemporaine 2017.

Partager